La planification et la priorisation

Topic Progress:

Se fixer des objectifs et les atteindre sont deux choses totalement différentes. Elles représentent en fait la différence entre l’espoir et le dur labeur. Force est d’admettre que, parfois, nous nous fixons des objectifs (ou des objectifs nous sont imposés) qui semblent si effrayants et insurmontables que nous pensons ne jamais pouvoir les atteindre. D’autres fois, nos objectifs sont tout simplement ennuyeux et nous n’avons aucune motivation de les accomplir. Nous nous laissons distraire par des tâches futiles et oublions d’investir notre énergie dans ce qui devrait plutôt être fait pour nous permettre d’atteindre nos objectifs, ou pour permettre aux élèves d’atteindre les leurs. Nous procrastinons et nous nous retrouvons en fin de compte encore plus découragés par la montagne de travail qu’il nous reste à faire.

Prenons comme exemple une pile d’examens de mathématiques afin de concrétiser ce que nous essayons d’expliquer. Si des examens de mathématiques ne constituent pas un bon exemple pour vous, remplacez-les alors par quelque chose d’équivalent : des essais, des critiques artistiques, des examens de sciences, des tests de conjugaison de verbes… Maintenant, imaginez que nous sommes aujourd’hui lundi, première période, et que vos élèves viennent de terminer leur examen. Vous vous retrouvez alors avec une grosse pile d’examens à corriger sur votre bureau. Vous avez, au cours de la semaine, quelques périodes de préparation que vous pourriez utiliser, mais vous avez également d’autres leçons à préparer, des documents à imprimer, des courriels à envoyer… et la liste se poursuit. Idéalement, vous voudriez rendre les examens corrigés à vos élèves le lundi suivant. Cela vous laisse donc sept jours pour y parvenir. En théorie, cela semble tout à fait réalisable. Vous vous dîtes donc que vous avez amplement de temps. Le problème est que, toute la semaine, vous allez continuer de vous répéter que c’est réalisable, à un point tel que nous serons rendus dimanche et vous serez en train de courir pour tout faire, tout en maudissant votre profession de vous faire travailler la fin de semaine. Or, la dure vérité est que c’est vous qui vous êtes infligé cela.

Revenons alors en arrière un instant et retournons à cette première période de lundi matin, au moment où vous receviez cette pile toute chaude d’examens à corriger. Prenez une profonde inspiration. C’est le moment de planifier et de prioriser. Chaque jour, vous devriez planifier et prioriser le travail à faire, et donc déterminer ce qui doit être fait en premier. Dans cette situation, vous avez des examens de mathématiques à corriger. Disons qu’il vous faut approximativement cinq minutes pour corriger une copie. Vous en avez en tout 25. Cela équivaut donc à 125 minutes de correction, soit un peu plus de deux heures. Effrayant, n’est-ce pas ? Oui, à moins que vous ne planifiiez la tâche.

Plutôt que de vous asseoir et de corriger ces 25 examens d’un seul coup, brûlant par le fait même chacune des cellules de votre cerveau, faites un plan. Vous savez déjà que votre objectif est d’avoir terminé la correction pour le lundi suivant, ce qui est en soi un bon début ! Divisez alors le travail en plusieurs petites tâches plus réalisables. Au lieu de corriger 25 copies en une journée, peut-être pourriez-vous en corriger cinq par jour durant cinq jours. Cela réduirait le temps de travail à 25 minutes par jour et vous procurerait davantage de satisfaction face à l’accomplissement de vos tâches quotidiennes. En procédant ainsi, cela aura comme avantage ultime de libérer votre fin de semaine et de vous débarrasser du stress qui accompagne la procrastination.

La vie de vos élèves n’est pas si différente de cette situation. Ils sont constamment bombardés de nouvelles tâches, de nouveaux projets, de devoirs, d’examens, etc. Certains sont peut-être suffisamment disciplinés pour se mettre immédiatement au travail, mais, en général, la plupart d’entre eux ont de la difficulté à tout faire. Ils procrastinent autant que nous et sont tout aussi stressés de tout faire à la dernière minute. Ils remettent alors un travail incomplet qui n’est pas représentatif de leurs capacités. En leur donnant les outils dont ils ont besoin pour planifier et prioriser leur travail, vous leur donnerez une chance de vous montrer de quoi ils sont capables.