L’initiation ou amorce des tâches

Topic Progress:

Vous avez planifié votre projet. Vous l’avez organisé. Vous êtes maintenant rendu à l’étape la plus ardue… le commencer. C’est généralement à ce moment que vous commencez à fouiller dans la pile de papiers qui s’est accumulée sur votre bureau, que vous décidez que vous ne pouvez plus continuer sans un autre café ou que vous vous perdez dans la consultation de votre fil d’actualité Instagram. Pour une quelconque raison, vous préférez effectuer n’importe quelle tâche ingrate que de vous lancer dans votre travail.

Cependant, la vérité est que, une fois commencé, le travail semble se faire de lui-même, et ce, même si la tâche est difficile. Vous atteignez une certaine vitesse de croisière et vous vous immergez dans la tâche. Ce n’est donc pas la tâche en tant que telle qui est difficile, c’est son initiation. Quelle ironie ! Il ne faut que quelques secondes pour amorcer une tâche, mais ces quelques secondes sont les plus pénibles.

La raison pour laquelle le processus d’initiation est si difficile résulte du fait que seule l’idée d’une tâche à accomplir nous effraie et nous dépasse. Nous avons l’impression que cela sera plus difficile que ça ne l’est en réalité et nous pousse à hésiter. Imaginez une grosse pile d’examens à corriger. Vous avez l’impression que vous n’en viendrez jamais à bout, alors vous procrastinez et vous tentez de l’ignorer. Heureusement, grâce aux fonctions exécutives, vous avez déjà planifié et organisé votre correction. Vous vous êtes donné cinq copies à corriger, ce qui constitue un objectif tout à fait atteignable.

En vous plaçant dans une situation où vous pouvez réellement voir la lumière au bout du tunnel, vous affronterez les tâches quotidiennes avec plus de calme et de sérénité. Au lieu de vous sentir submergé par le travail, vous ressentirez un certain soulagement en le commençant puisque vous saurez que la tâche à accomplir n’occupera pas tout votre temps. Vous vous sentirez en contrôle de votre travail, et non contrôlé par celui-ci, et vous éprouverez une sensation de liberté lorsque vous maîtriserez finalement une tâche.

Cela vaut aussi pour vos élèves. Ces derniers se fient constamment à d’autres (leur enseignant, leurs parents, leur tuteur, etc.) pour leur dire quand et comment faire leur travail. En les encourageant à planifier et organiser ce dernier, vous placez cette responsabilité entre leurs mains. Il se peut, bien sûr, qu’ils n’accomplissent certaines tâches qu’après les avoir initiées trop tard, mais, ce qu’il faut retenir de cela, c’est qu’ils apprendront et grandiront grâce à ces périodes d’essai-erreur. Après ce processus de réflexion, ils développeront un sentiment de satisfaction lorsqu’ils atteindront un de leurs objectifs après avoir entrepris eux-mêmes le travail.

En somme, lorsque vous vous sentirez en contrôle des tâches quotidiennes, vous serez plus enclin à les réaliser rapidement, vous ressentirez davantage de satisfaction de les avoir accomplies et vous vous retrouverez avec plus de temps libre et moins de stress. Faites-les. C’est aussi simple que ça.